Management des collectivités territoriales : quand les TIC mènent au burn-out.

arton3615-99a90

Dans un précédent article publié il y a 1 mois et demi, nous traitions des avantages ainsi que des inconvénients de l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans le cadre du travail des agent de la fonction publique. Nous avions listé les principaux inconvénients qui sont le stress constant et l’obligation de s’adapter, de réagir tout de suite.

Dans un article publié par « La Gazette des Communes », source d’information sur laquelle je me base régulièrement pour la publication de mes articles, le journal digital a traité du management nécessaire pour éviter le burn-out ou autres risques psycho-sociaux .

La réalité est bien là : les TIC obligent au salarié d’être tout le temps en alerte; les communications entre les différents professionnels étant facilitées (mail, smartphone toujours connecté), l’employé doit effectuer les tâches rapidement et efficacement.

La question du temps est omniprésente, le management doit s’adapter à cette variable :

En Ile-de-France, la question du temps est accentuée. Selon un constat dressé par Claude Soret-Virolle, vice-présidente de l’ADT-Inet et DGA du CIG Versailles, les territoriaux franciliens passent en moyenne 34 minutes dans les transports entre leur domicile et leur travail alors que la moyenne nationale n’est que de 19 minutes. 32% y passent même plus de 45 minutes. Cela a des répercussions. Les réunions et le travail sont souvent fixés en fonction de ces contraintes. Les agents titulaires cumulent 2,6 jours d’absence de plus que la moyenne nationale avec 26,1 jours d’absence en moyenne contre 24,3 jours. La tendance est la même pour les non titulaires.

Néanmoins, des solutions sont proposés pour pallier à cela : la collectivité de Saint-Michel-sur-Orge (Département de l’Essonne , Communauté d’agglomération du Val d’Orge) ont instauré une charte dans la messagerie dans le but de réguler instantanéité. Cela permettrait de ne pas avoir de réactions trop rapides et inciterait ainsi a à l’échange, à la réflexion avant la prise d’une décision.

Un bon management dans ce sens est alors une base essentielle qui permettrait d’éviter ces risques psychosociaux malheureusement bien connus du monde du travail : burn-out, dépressions et dans le pire des cas tentatives de suicide.

A vouloir trop courir, on trébuche

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s